Les ressorts de la créativité (1)

Qu’est-ce qui différencie le processus créatif d’un artiste, d’un scientifique, d’un écrivain ou d’un jardinier ou encore de toute autre personne? Si l’on écarte la valeur symbolique, économique et culturelle, il est intéressant de comprendre le principe de créativité.

Est-ce le même principe qui structure la créativité pour ces différentes situations ou bien y a-t-il des spécificités et des sortes de dons ?

Il convient dans un premier temps de s’accorder sur ce que l’on entend par « créativité ».

La créativité est un concept relatif qui peut varier dans le temps et en fonction des cultures. Actuellement la définition qui fait consensus est la suivante : la créativité est la capacité d’un individu ou d’un groupe de personnes à apporter une réponse en produisant une idée, un bien ou un service nouveau dans un contexte spécifique.

Selon les études, la créativité est liée à de multiples facteurs. Mais pour qu’il y ait créativité, il est au préalable nécessaire de repérer un besoin, une carence, une lacune dans un fonctionnement ou dans les connaissances. Cette capacité d’identification n’est pas suffisante pour engager le processus créatif.

Il convient à partir de ce constat d’avoir les compétences :

  • de considérer que ce manque doit être comblé.
  • de reformuler ce manque en question.
  • de décliner une situation problème.

La créativité est bien la combinaison d’une représentation mentale d’une situation spécifique où un manque est repéré, puis est questionné de telle manière qu’un problème est à résoudre par de nouvelles solutions.

Autrement dit se poser les questions est déjà le premier pas vers la créativité.